Rythmes 2018, mener la concertation

Il y a quelques jours, nous vous livrions quelques informations pour accompagner votre réflexion (lire notre article) en vue de la décision qui vous préoccupe : quelle organisation hebdomadaire à la rentrée prochaine ?
Ces informations sont en effet nécessaires à une prise de décision éclairée : connaître les orientations du ministère de l’éducation et de la jeunesse, maitriser les avantages et les inconvénients de la semaine à 4 jours et de celle à 4.5 jours, identifier les objectifs éducatifs que la collectivité souhaite promouvoir avec ses partenaires.

Mais un autre facteur est fondamental pour décider des rythmes 2018 : comment allez-vous décider ?
En matière de politique éducative, enseignants, parents, animateurs et élus sont invités à se mettre autour de la table car leurs compétences, leurs missions et leurs projets sont complémentaires. A l’heure de prendre une décision aussi importante que celle de l’organisation des temps de l’enfant, la gouvernance doit être ouverte !

La concertation est donc de mise. Attention, peu de conseil d’école peuvent garantir la représentation de toutes les familles. Par ailleurs, la parole des animateurs est très riche pour disposer d’une connaissance précise des effets des TAP, il faut la recueillir. Enfin, chacun veillera à éviter l’appel du questionnaire isolé ! Si le sondage est un outil d’évaluation permettant de disposer d’une large représentation des avis des parents et des enseignants, il faut s’assurer que ces avis soient émis en connaissance du contexte, des enjeux et des alternatives. Ne pas transmettre aux sondés les grilles de lecture du service public TAP et de l’impact des 9 demi-journées d’école, c’est courir le risque de n’obtenir qu’une compilation d’intérêts individuels. Or la somme des intérêts individuels n’a jamais été égale à l’intérêt général.

La concertation, qu’est-ce que c’est ?

Au minimum, c’est informer l’ensemble des parties prenantes à la politique éducative territoriale : présenter les mesures prises pour organiser la semaine scolaire sur 4.5 jours et la compléter avec des activités périscolaires éducatives (les points forts et les points faibles) puis partager l’évaluation du PEdT.
Accompagner cette information locale de la transmission de données nationales et d’expertises en chronobiologie ou en sciences de l’éducation, c’est donner une complète boite à outils aux acteurs éducatifs et leur donner les moyens d’exprimer un avis citoyen.

Mieux, la concertation c’est saisir le Copil en l’informant suffisamment tôt pour que ses membres puissent échanger avec leurs pairs et que la réunion du Copil facilite l’expression d’une parole représentative du groupe enseignants, d’une parole représentative du groupe animateurs, d’une parole représentative du groupe parents et d’une parole représentative des associations locales et autres partenaires.

Dans l’idéal, la concertation c’est réunir l’ensemble des acteurs éducatifs en atelier créatif pour coconstruire les objectifs éducatifs de demain et décliner ceux-ci en une organisation hebdomadaire tenant compte des contraintes et des moyens de la collectivité et de ses partenaires.

En Ariège, le collectif Territoires Educatifs a organisé, en septembre dernier, un ensemble de rencontres pour favoriser une prise de décision concertée par les acteurs éducatifs en pays Tarascon. Ce projet organisait, en partenariat avec Claire Leconte, deux conférences à l’attention des élus et parents, puis des enseignants et animateurs, ainsi qu’une série d’échange entre des professionnels et la chronobiologiste.
Des vidéos de ces rencontres ont été réalisées et sont accessibles à tous : consultez-les. Ce sont à la fois de nouvelles ressources pour accompagner votre réflexion et des exemples de concertation qui peuvent vous inspirer.

 

Partagez cet article :Email this to someone
email
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin