TAP & CLAS

Temps d’Activités Périscolaires et Contrats Locaux d’Accompagnement à la Scolarité. A l’occasion de la remise du rapport d’évaluation de ces derniers par la CNAF, revenons sur la conjugaison TAP & CLAS.

Créés en 1996, les CLAS étaient d’abord destinés aux zones d’éducation prioritaires et aux zones urbaines sensibles. Mais ils ont, depuis, été étendus à l’ensemble du territoire pour mettre en oeuvre des actions de coéducation en lien avec les parents et l’école. Le rapport établi par la CNAF, en charge du financement de ces contrats, retrace l’historique et le fonctionnement des CLAS. Nous vous invitons à le consulter ICI.

Ce rapport souligne également la pluridisciplinarité des actions ainsi portées : accompagnement scolaire, activités d’ouverture socio-culturelle, accompagnement à la parentalité. Des dimensions complémentaires qui permettent l’efficience de ce dispositif de réussite éducative mais qui souffrent aujourd’hui d’un manque de moyen pour former les bénévoles CLAS , pour coordonner ce dispositif avec l’ensemble des dispositifs de réussite éducative et pour mener des partenariats avec l’école.

Un constat qui reflète les besoins identifiés dans la mise en oeuvre des TAP, dont la pérennité et la viabilité nécessitent une dimension coopérative, un fort investissement sur le développement des compétences et la définition d’une politique éducative de territoire.

Le rapport précise d’ailleurs, que non seulement les CLAS sont peu connus mais qu’ils intègrent peu les PEdT : non intégré dans la vision éducative globale, non pris en compte dans l’organisation hebdomadaire et de ce fait, actions moins lisibles pour les familles, les enfants et les partenaires.

Un rapport qui suscitera de nouvelles mesures locales, on l’espère : la politique éducative mérite cette collaboration !

cnaf

Renseignements à prendre auprès de la CAF : CAF Maine-et-Loire

Motion sur l’école rurale

Lors de son congrès des 8 et 9 octobre, l’Association des Maires Ruraux de France a adopté une motion sur l’école rurale, contestant les conventions de ruralité proposées par l’Etat et revendiquant une démarche territorialisée et en coopération avec les élus locaux dans la constitution de la nouvelle organisation scolaire.

Ainsi la motion d’identifier plusieurs principes dont les élus doivent être garants :

  • Établir et préserver un maillage scolaire pertinent apprécié à partir des dynamiques et caractéristiques locales ;

  • Accroitre la pression sur l’Etat, les départements et les régions pour accélérer l’équipement numérique des communes rurales car le numérique est un facteur de pérennisation des écoles ;

  • La subsidiarité doit prévaloir. C’est à partir du niveau local le plus fin que doit se décider la réorganisation de l’offre scolaire. Elle doit prendre en compte l’intérêt de l’élève, notamment en considérant la question du temps de transport ;

  • Elle doit également s’appuyer et s’intégrer au projet de territoire en renforçant l’implication des associations qui concourent à construire une offre globale, véritable plus-value à l’éducation ;

  • Appeler les représentants de l’Education nationale à davantage de respect et de considération envers les élus ;

  • Réfléchir aux rapports entre élus en matière d’organisation scolaire, où le « captage » d’enfants entre communes pour maintenir ses propres effectifs est malheureusement monnaie courante.

L’intégralité de la motion sur l’école rurale est à lire ICI.

logoamrf2015

Afin d’apporter un éclairage complet, nous vous invitons également à prendre connaissance de l’instruction n° 2016-155 du Ministère, adressée le 11 octobre : instruction écoles situées en zones rurale et de montagne.

 

Pérennisation des dérogations aux nouveaux rythmes scolaires

En août dernier, un décret a été adopté pour pérenniser les organisations hebdomadaires dérogatoires à la semaine de 9 demi-journées d’enseignement dont 5 matinées (décret 2016-1049).

Le décret dit Hamon est ainsi désormais inscrit dans le code de l’éducation en son article D521-12.

Pour plus de renseignements, consultez la base de données réglementaires TapTap 49.

logoReglementation

Rapport concernant la filière animation dans la FPT

Le 18 mai dernier, J. De Carlos présentait au Conseil Supérieur de la Fonction Publique Territoriale un rapport très complet sur l’état de la filière animation : le contexte du développement de celles-ci, les enjeux de politique éducative et enfance, les problématiques statutaires, la précarité de ces agents, le manque de reconnaissance des compétences professionnelles.
Une nouvelle preuve, si besoin, qu’en mutualisant les réflexions, les formations, les outils professionnels, via un réseau comme TapTap 49, le monde de l’animation peut se métamorphoser !

Lire la suite