le modèle éducatif français remis en question

Aujourd’hui, permettez à TapTap 49 de faire un petit pas de côté afin d’évoquer le modèle éducatif dans sa globalité au regard de deux éléments d’information récents.

En effet, le Conseil National d’Evaluation du Système Scolaire (CNESCO) vient de publier un rapport sur les inégalités à l’école. Issue d’un travail scientifique mené par des chercheurs en sociologie, économie, didactique et psychologie, cette étude analyse et présente les différents facteurs des inégalités sociales observées à l’école.

Alors que les réformes et dispositifs scolaires ont été très nombreux depuis 15 ans pour remédier à ce constat (notamment les objectifs de mixité sociale, l’étude du CNESCO révèle que les inégalités sont toujours de plus en plus fortes. Et de conclure, que la notion de Justice doit être au cœur des missions pédagogiques de la maternelle au collège afin que les enfants bénéficient des mêmes acquis en fin de cycle obligatoire quel que soit leur milieu social : donner plus à ceux qui ont moins.

La synthèse du rapport du CNESCO ainsi que les 7 préconisations de l’instance sont à consulter ici.

Enfin, le CNESCO pointe la faiblesse des apports scientifiques dans les choix politiques éducatifs, la mise en oeuvre de dispositifs individualisant et l’absence de changement fondamental des pratiques pédagogiques. Cela ne peut que faire écho au discours aujourd’hui médiatisé de Céline Alvarez (à retrouver ici).

 

Extrait du rapport CNESCO : « Les pays de l’OCDE marqués par des inégalités sociales à l’école limitées, notamment les pays scandinaves ou certains pays asiatiques, ont réussi leur mutation scolaire grâce à un consensus politique de long terme sur leur approche nationale de la justice à l’école. Des approches plus novatrices, comme celle de l’équité, ont été débattues et irriguent désormais les écoles de ces pays.

La France peine aujourd’hui à avancer dans sa lutte contre les inégalités à l’école du fait de ce manque de consensus sur sa vision de la justice à l’école. Tous les Français sont d’accord pour plus d’égalité à l’école, mais chacun y met des interprétations différentes.
Aujourd’hui, la conception de la justice à l’école est, en effet, encore très marquée par le principe historique d’égalité des chances dans une perspective méritocratique. »
Partagez cet article :Email this to someone
email
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin