Rentrée 2018 : comment mener la réflexion ? Pistes pour une décision concertée

La question des rythmes pour la rentrée 2018 sera très prochainement (si elle ne l’est pas déjà) au cœur de vos échanges entre  élus, agents, enseignants et parents. Si la semaine à 9 demi-journées scolaires fut imposée, les rythmes pour la rentrée 2018 sont à la libre appréciation des acteurs éducatifs locaux. Les discussions à venir sont donc une étape lourde de responsabilité : quelle(s) meilleure(s) organisation(s) ser(ven)t l’intérêt des enfants ? Quel projet éducatif peut être élaboré et partagé par les acteurs locaux ?

Les réflexions à venir ne peuvent pas se contenter d’un tour de table des avantages et inconvénients pour chacun des acteurs, la construction d’un projet commun doit être votre ambition.  Préalable à vos échanges : l’identification des enjeux et des conséquences de telle ou telle décision.

L’identification des enjeux, des possibilités, des contraintes, des leviers

Entre le cadre général de l’organisation de la semaine scolaire et le retour à la semaine de 4 jours, il existe un vaste potentiel d’organisation permettant de proposer une organisation cohérente territorialement tout en préservant les enjeux éducatifs poursuivis depuis 2013.  Les 5 matinées scolaires favorisent-elles les apprentissages scolaires ? les activités périscolaires permettent-elles de nouveaux savoirs, savoirs-faire et savoirs-être ? La complémentarité des temps éducatifs favorise-t-elle de nouveaux projets et de nouveaux partenariats ?
A noter, par ailleurs, que même dans le cadre d’un retour à la semaine scolaire de 4 jours, le ministère de l’éducation souhaite que la mission éducative assumée par les services municipaux ces dernières années soit pérennisée et que l’animation demeure un temps éducatif (avec les moyens nécessaires pour cela).

Concrètement, vous avez déjà identifié les impacts de l’organisation actuelle. Afin d’anticiper les effets des autres organisations possibles, ci-après quelques points de vigilance :

  • le PEdT :le retour à la semaine de 4 jours entraine la caducité du PEdT. Les communes se sont cependant invitées à élaborer un nouveau PEdT pour garantir la cohérence et la qualité des temps éducatifs
  • le financement : le fonds de soutien (inscrit au projet de loi de finances pour 2018) et l’aide spécifique aux rythmes scolaires ne sont pas accordés aux communes revenant à 8 demi-journées scolaires sur 4 jours
  • les taux d’encadrement : seuls les accueils périscolaires organisés dans le cadre d’un PEdT bénéficient de la dérogation aux taux d’encadrement (ce qui impacte le mercredi et les accueils quotidiens).
  • les ruptures de contrat : l’animation s’est fortement développée ces dernières années, offrant des emplois à de nombreuses personnes en recrutement direct par le gestionnaire périscolaire ou via les contrats de prestation. La non reconduction de ces contrats voire leur rupture a un impact financier et économique.
  • Le centre de loisirs du mercredi : Taux d’encadrement (cf.ci-dessus). Une réflexion est menée pour accompagner les accueils de loisirs extrascolaires du mercredi à développer une plus-value éducative. Enfin, nombre de parents ont augmenté leur temps de travail. Y aura-t-il plus d’enfants en centre de loisirs ?

Quelques lectures pour guider vos échanges

Et après ?

Suite à ce travail d’identification et afin de mener une concertation de qualité, nous vous conseillons de partager largement les informations avec les acteurs éducatifs du territoire : évaluation des années passées, points de blocage éducatifs, techniques ou financiers, opportunités et impacts des potentiels changements d’organisation.

S’il appartient à la collectivité et au conseil d’école de prendre la décision des rythmes pour la rentrée 2018, nous vous invitons à organiser une large participation des acteurs et à ainsi faire émerger des propositions nouvelles, puis à chercher la solution qui fait consensus entre tous les acteurs éducatifs.

 

Partagez cet article :Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn