Délaisser la question des rythmes pour fixer les objectifs éducatifs

La réforme de 2013 a souvent été réduite à la seule question du nombre de jours d’école dans la semaine. On l’a d’ailleurs vite appelée « réforme des rythmes  scolaires ». Il est pourtant fondamental de rappeler, et encore plus depuis la possibilité de déroger à la semaine de 4.5 jours d’école, que cette réforme portait avant tout sur l’intégration de temps d’animation éducatifs dans la journée des enfants, sur la complémentarité des méthodes pédagogiques et des projets scolaires/périscolaires et, sur la mobilisation des acteurs du territoire autour d’une ambition éducative – la réforme s’incluant elle-même dans une refondation de l’école plus complète.
Nous ne reviendrons pas ici sur les conditions de mise en oeuvre de la réforme qui ont, malheureusement, contraint à se focaliser sur les aspects pratiques de la réforme. Nous vous proposons, en revanche, de délaisser la question des rythmes pour fixer les objectifs éducatifs.

 

L’association nationale des directeurs de l’éducation des villes (ANDEV) a, ainsi, fait son deuil de la semaine à 4.5 jours pour se concentrer désormais sur la conception d’une politique d’éducation culturelle (Lire l’article).
Il semble en effet  impossible aujourd’hui de faire marche arrière sur un grand nombre d’acquis de ces 4 années d’expérience : l’animation, la coopération des acteurs éducatifs et le projet de territoire autour de l’enfant sont reconnus comme de vraies plus-values éducatives. Ces trois items constituent même un socle sur lequel développer de nouveaux services éducatifs pour la rentrée 2018.

Le PEdT bénéficie d’une reconnaissance forte de la part des collectivités territoriales et est envisagé comme un outil pertinent de la politique éducative. Contrainte (dans le cadre de l’obtention d’une dérogation pour revenir à 4 jours) ou non, la réécriture du PEdT peut être une étape opportune pour mener la réflexion relative au contenu de la politique éducative.
Relire notre guide, coproduit par les acteurs éducatifs du Maine-et-Loire.

 

Bien sûr, la question des modalités de mise en oeuvre de votre politique éducative territoriale reviendra sur la table. Mais vous identifierez certainement de nouveaux axes de développement, après vous être libérés de cette question des rythmes.
Pour alimenter votre réflexion, quelques article ou reportages à lire et écouter :

  • scolaire et périscolaire, une compétence communale ou intercommunale : article de la gazette des Communes du 12 décembre. Faut-il aller au-delà de la recherche de cohésion entre les temps de l’enfant et les conditions d’accueil pour un territoire de vie ?
  • décentraliser les compétences scolaires au plus près des collectivités territoriales : article/interview de J.M Blanquer, par Localtis, du 11 décembre. Se donner les moyens d’une réelle complémentarité des actions éducatives sur le territoire ?
  • 5 matinées d’enseignement mais sans le mercredi, l’imbroglio au coeur d’Un temps de Pauchon : reportage de France inter, des 16 et 17 décembre.
Partagez cet article :Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn