La citoyenneté, de l’objectif éducatif aux compétences psychosociales

Le 24 avril dernier la ville d’Angers organisait un après-midi de réflexion autour de cette question : « l’éducation à la citoyenneté, une utopie ?  »
Pour apporter quelques réponses, trois analyses et retours d’expérience ont été présentés. Une présentation historique de Claire Pereira Leconte, coordinatrice Éducation et société au sein du réseau Canopé, une information institutionnelle de Philippe Mercier, inspecteur de l’éducation nationale, et le programme de recherche sur les compétences psychosociales de l’institut régional d’éducation et de promotion de la santé (IREPS), par Magali Segretain. Lire la suite

Plus que la question des rythmes, le projet éducatif

Depuis plusieurs mois, nous évoquons dans ces pages la nécessaire élaboration du projet éducatif avant de statuer sur l’organisation des rythmes scolaires et périscolaires – et nous préconisons une co-élaboration avec l’ensemble des acteurs éducatifs du territoire. Plus que la question des rythmes, le projet éducatif !
Et au cœur de cette réflexion collective Lire la suite

Temps et lieux tiers : des services à promouvoir et à développer

Une nouvelle étude témoigne de l’intérêt de proposer des activités péri et extrascolaires à tous les enfants, de promouvoir les temps et lieux tiers comme partie prenante de la politique éducative et d’en développer l’accès et la diversité. Le Haut Conseil de la Famille, de l’Enfance et de l’Age a étudié les temps et lieux tiers des enfants et adolescents.

 

Le HCFEA, installé en décembre 2016, s’est saisi de cette question parce que « la famille et l’école sont fondamentales pour le développement, l’éducation et l’épanouissement des enfants. Mais ce que ceux-ci font, vivent, découvrent, apprennent et créent par ailleurs, impacte également toutes les sphères de leur développement et de leur évolution globale : santé, affectivité, apprentissage, socialisation. De même que le respect de leurs besoins et de leurs droits ».

 

Les enseignements de l’étude

Si les temps et lieux en dehors de la famille et de l’école sont déjà inscrits dans les politiques enfance et jeunesse, le HCFEA promeut les activités péri et extrascolaires au titre de « 3ème éducateur des des enfants », puisque cela représente 25% du temps libre des enfants, mais surtout parce que les temps et lieux tiers proposent des activités structurantes du parcours de l’enfant (autonomie, responsabilisation, liberté, socialisation…).

Il s’agit d’ouvrir des possibles, pour tous, en réduisant les inégalités, pour permettre aux enfants de se sentir bien, de faire des rencontres structurantes, de développer leurs capacités diverses, d’autoriser des tâtonnements avant qu’ils puissent approfondir certaines préférences et se construire dans des directions choisies par eux.

L’enjeu ainsi défini, le HCFEA préconise de développer de nouveaux temps et lieux tiers, de personnaliser les parcours et d’identifier une gouvernance adaptée (cohésion des services, coopération entre collectivités territoriales, financement).

 

Focus sur les activités 3 à 11 ans

Le rapport du HCFEA révèle que 25 % des enfants de moins de 11 ans n’ont aucune activité encadrée. 700 000 places seraient ainsi à créer. Ces inégalités d’accès aux temps et lieux tiers « résident entre territoires, entre le niveau social des familles, entre garçons et filles, et sur les enfants handicapés et malades ».
Parmi ses préconisations, le HCFEA  propose une tarification dégressive obligatoire pour le plan mercredi, la création d’un pass-colo, l’ouverture des cours d’écoles et d’une manière plus générale la prise en compte des besoins des enfants, garçons et filles, dans l’aménagement des espaces publics.
Le HFCEA pointe également les activités artistiques et culturelles trop éloignées des pratiques de la majorité des enfants, ainsi que la trop faible sensibilisation à la culture scientifique et technologique.

 

Des enjeux éducatifs mais une ambition de société. Le HCFEA n’oublie pas de faire des propositions de gouvernance pour faciliter la mise en œuvre des actions préconisées. Il suggère même d’inclure les enfants et adolescents dans le pilotage de la politique éducative. On acquiesce !

L’étude à consulter ICI.

Revalorisation du métier d’ATSEM – oui mais

Par décret en date du 1er mars, le gouvernement reconnait que les ATSEM appartiennent à la communauté éducative et participent pleinement aux activités pédagogiques. Cela permet d’envisager une revalorisation du métier d’ATSEM. Mais ce décret ne consacre pas la valeur éducative des animations proposées sur le temps périscolaires, pourtant fortement développée et soutenue depuis la réforme des rythmes scolaires. Lire la suite

Enquête annuelle et nationale sur les rythmes scolaires – résultats

En septembre dernier, l’association des Maires de France a proposé aux 21 700 communes disposant d’une école publique de participer à son sondage annuel sur les rythmes scolaires.

Cette année, le questionnaire était différent selon que la commune est revenue à la semaine de 4 jours ou bien restée à la semaine de 4.5 jours d’école. Lire la suite

Maintien du fonds de soutien aux TAP

A l’occasion d’une séance de questions au gouvernement, au Sénat, le ministre de l’Education l’a confirmé : le fonds de soutien est pérennisé, pour les mêmes montants, à l’occasion de la rentrée 2018. Cette aide financière permet donc aux communes satisfaites de l’organisation scolaire sur 5 matinées de maintenir une telle organisation et de poursuivre leur engagement éducatif Lire la suite

Fonds de soutien – versement 2017-2018

Le 13 octobre dernier, le gouvernement a adopté un décret relatif au fonds de soutien au développement des activités périscolaires. Ce décret confirme le versement du fonds de soutien pour l’année 2017-2018 et apporte quelques modifications au cadre des années passées.

Le décret n°2017-1469 modifie le décret n°2015-996 du 17 août 2015 sur les points suivants :

  • le versement du fonds de soutien est ouvert aux écoles privées sous contrat même lorsque l’organisation de la semaine scolaire ne comporte pas 9 demi-journées d’enseignement dès lors que cette organisation est identique à celle des écoles publiques situées sur le territoire de la commune et que les élèves bénéficient d’activités périscolaires organisées pour l’ensemble des élèves des écoles du territoire.
  • les conditions d’attribution de la majoration forfaitaire sont modifiées : les dotations de solidarité rurale et de solidarité urbaine et de cohésion sociale ne font plus référence en la matière.Le maintien du bénéfice de la majoration demeure maintenu pour la durée du PEdT et dans la limite de 3 années scolaires
  • Enfin, le versement des aides est simplifié puisque les communes ayant déjà communiqué leurs coordonnées bancaires n’ont pas à établir de demande

Retrouvez le décret n°2015-996 modifié sur l’espace juridique de TapTap49

Rentrée 2018 : comment mener la réflexion ? Pistes pour une décision concertée

La question des rythmes pour la rentrée 2018 sera très prochainement (si elle ne l’est pas déjà) au cœur de vos échanges entre  élus, agents, enseignants et parents. Si la semaine à 9 demi-journées scolaires fut imposée, les rythmes pour la rentrée 2018 sont à la libre appréciation des acteurs éducatifs locaux. Les discussions à venir sont donc une étape lourde de responsabilité Lire la suite

Publication du décret autorisant le retour à la semaine de 4 jours

Ce mercredi 28 juin, a été publié le décret n°2017-1108 relatif aux dérogations à l’organisation de la semaine scolaire dans les écoles maternelles et élémentaires publiques, autorisant le retour à la semaine de 4 jours.

Malgré les rejets consultatifs du Conseil Supérieur de l’Education et du Conseil National d’Evaluation des Normes (lire notre article), l’article D521.12 du Code de l’Education est modifié Lire la suite